Le site de référence sur la série fbi portés disparus
Bienvenue sur www.fbi-fr.net nous sommes le samedi 14 décembre bonne fête aux Odile.
Pseudo : lbelette
Email : lbelette@yahoo.fr
Genre : G
Résumé : Un champion de tennis disparaît après avoir gagné l'US OPEN de New York.
Disclaimer : Les personnages et le concept de la série ne m'appartiennent pas et ne sont pas mes créations. La publication de fanfics n'a pas de but lucratif : "je ne touche pas de droits là dessus !"
Note de l'auteur : SPOILER - Cette fanfiction fait mention du départ de Jack du groupe parce que sa femme a eu un poste à Chicago.
Complète : Oui.


"Balle de match"


Ouverture :
Au centre du court Arthur Ashe, les photographes se pressent, se bousculent pour approcher le nouveau champion. Tout autour, la foule applaudit, acclamant son héros. Il faut dire que l’évènement est de taille. Pour la première fois depuis 22 ans un joueur de tennis remporte un grand chelem, c'est-à-dire les quatre tournois les plus importants de la saison : l’US Open, Roland Garros, Wimbledon, et L’US Open. Un peu plus loin, sur l’estrade verte, les officiels ont pris place. Il ne manque plus que le champion pour la remise des trophées.

- Avant d’accueillir notre nouveau champion, annonça le speaker, je vous demande d’applaudir celui qui n’a rien pu faire contre son adversaire mais qui est loin d’avoir démérité. Applaudissez Sébastien Lotte.

Sébastien Lotte monte sur l’estrade et reçoit son trophée.

- Et maintenant celui que vous attendez tous, continua le speaker. Le nouveau prodige du tennis mondial. Celui qui s’apprête à battre tous les records. Ce soir et tout au long de la saison, il a été admirable de perfection, de justesse et de régularité. Il est le premier joueur à remporter les quatre tournois du grand chelem depuis 22 ans. Je vous demande de l’acclamer, s’il vous plait. Le vainqueur de l’US Open 2004 : Matt Divons...

Matt Divons monta à son tour sur l’estrade, les bras levés vers le ciel et un sourire gigantesque. Le bruit que produisait la foule était indescriptible. Le court de tennis était noyé dans un brouhaha terrible. Les clameurs d’un stade de football paraîtraient ridicules à côté de l’ambiance qui régnait sur le court new yorkais.

- Merci beaucoup, commença Matt Divons. Les mots me manquent pour exprimer mes émotions de ce soir. Je tiens, bien sûr, en premier lieu à remercier mon entraîneur de toujours, Bryan Kun, ainsi que mon kiné et mon préparateur physique. Je remercie aussi mon frère, Christopher, pour son soutien et sa patience. Je pense forcément très fort à mes parents, j’espère que de là haut, ils sont fiers de leur fils. Je remercie le public. Merci à vous, d’avoir été là pour me soutenir.


Scène #01
Un peu plus tard dans la soirée. Matt et Bryan sortent de la conférence de presse.

- Tu viens, Matt, on va fêter ça...proposa Bryan.
- Allez-y, je vous rejoins. J’ai une petite chose à faire avant.
- Tu es sûr ? Ce serait plus sympa d’y aller tous ensemble, insista Bryan.
- Je dois absolument passer à mon hôtel avant, confia Matt.
- Ok. On se retrouve au Melrose Palace, abandonna l’entraîneur.


Scène #02
Disparu depuis 10 heures.
[Intérieur du FBI- Service des personnes disparues - Le matin]

Jack arrive et affiche la photo de Matt Divons sur le tableau blanc du service.

- Matt Divons, annonça Samantha. Est-ce qu’il est vraiment nécessaire de le présenter ?
- Bien sûr, répondit Jack sur un ton agacé.
- Alors, continua Samantha, Matt Divons. Champion de tennis. Vu la dernière fois quittant le stade de l’US Open vers 22h00. Il a gagné le tournoi hier en battant le français, Sébastien Lotte, en 4 sets 6-3, 6-4, 6-7, 7-5.
- Un super match, confia Danny. Il est le premier joueur à remporter le grand chelem depuis 22 ans et il est resté numéro 1 mondial toute l’année. Un exploit.
- C’est bien ça, confirma Samantha. Je vois que tu passes plus de temps devant le sport que devant les documentaires. Dommage !
- Très drôle.
- C’est pas le moment de se chamailler, dit Jack sur un ton énervé.

Martin et Danny échangèrent un regard qui signifiait que Jack n’était pas de très bonne humeur.

- Sur un ton embarrassé, Samantha continua. Après les différentes obligations qu’imposait son nouveau statut c'est-à-dire conférence de presse et différentes interviews pour le monde entier, il a quitté l’enceinte du stade seul. Il aurait dit à son entraîneur qu’il les retrouverai un peu plus tard pour faire la fête. Personne ne l’a plus jamais revu.
- Il est marié ou fiancé, s’interrogea Vivian ?
- Non. A première vue, il est célibataire. Ses parents sont décédés il y a 11 ans dans un accident de voiture. Il n’a plus qu’un frère, Christopher, ajouta Samantha.
- C’est peut-être une question d’argent. Une rançon. Un truc dans ce genre là. Après tout, il a gagné plus d’un million de dollars en moins de 15 jours, proposa Danny.
- Je ne pense pas à un enlèvement. Personne ne pouvait être sûr qu’il gagnerait. Il faut chercher dans son entourage. Danny et Martin, je veux vous alliez voir son entraîneur. Vivian tu t’occupes de ses papiers, ses appels téléphoniques. Regarde aussi les coupures de presse et réclame les bandes vidéo de la finale. Samantha et moi, on va aller voir dans sa chambre, ordonna Jack.

Tous s’exécutèrent et se dispersèrent.


Scène #03
[Intérieur du FBI- Service des personnes disparues - En continu]

Vivian intercepta Jack.

- Je peux te parler un instant, Jack, demanda Vivian.
- Bien sûr.

Jack invita Vivian à parler dans son bureau.

- Ça ne va pas, Jack, il y a un problème ?
- Non, pourquoi ?
- Tu es sûr. Tu as vu comment tu as été désagréable avec tout le monde ce matin.

Jack semblait un peu gêné.

- Ecoute, Vivian, ça ne te regarde pas.
- Ca ne me regarde pas, tu as raison sauf quand ça perturbe le travail de l’équipe.

Jack s’assoit dans un des fauteuils de son bureau mettant ses mains devant sa tête.

- On a proposé un poste super intéressant à Marie.
- C’est bien pour elle.
- Oui sauf que c’est à Chicago et qu’elle va l’accepter. Je suis très content pour elle, elle le mérite c’est vrai mais il va falloir que l’on déménage.
- Tu vas demander ta mutation ?
- Je ne sais pas encore. C’est un peu plus compliqué que ça.


Scène #04
Disparu depuis 10h45.

Martin et Danny entrent dans une salle de musculation. Ils scrutent la salle.

- Tu devrais t’y mettre, ironisa Danny en voyant les sportifs qui s‘entraînaient et leurs corps qui faisaient penser aux apollons grecs.
- Ah ah ah, très drôle, c’est l’hôpital qui se fout de la charité, tu ne crois pas, se défend Martin.

Au loin se trouvait M. Kun. Il portait un survêtement et soulevait des poids.

- M. Kun, je me présente Agent Spécial Danny Taylor du FBI et voici mon collègue, l’Agent Spécial Martin Fitzgerald.
- Bonjour M. Kun, continua Martin.
- Bonjour, répondit M. Kun. Vous venez pour Matt, je suppose. Vous l’avez retrouvé ? Vous avez des pistes ?
- Non, pas encore. C’est encore trop tôt pour cela, confia Martin. Vous connaissez Matt Divons depuis combien de temps ?
- Je l’ai rencontré lorsqu’il avait 16 ans. Ses parents étaient morts depuis quelques mois. Son frère a voulu prendre sa carrière en main. Dès que je l’ai vu, j’ai su que ce garçon avait quelque chose de plus. Il était le meilleur dans tous les domaines. Il battait des garçons qui avaient 4 à 5 ans de plus que lui. Alors, j’ai quitté mon poste d’entraîneur des jeunes pour m’occuper entièrement de Matt.
- Ça a payé ? interrogea Danny.
- Bien sûr. Mais ça ne s’est pas fait sans mal. Il s’entraîne tous les jours depuis 10 ans et cela 6 heures par jour. Ajoutons à cela, la musculation et diverses obligations. Il a sacrifié une partie de sa vie de jeune homme pour ce sport. Et ça valait le coup.
- Avait-il changé ces derniers temps ? demanda Martin. Il était comment après sa victoire d’hier ?
- Il était sur un petit nuage. Numéro un mondial toute la saison, vainqueur du grand Chelem. Tous ses sacrifices étaient enfin récompensés. C’était magique. Il a fait une saison exceptionnelle qui ne se reproduira peut-être pas. Aucune blessure, aucun problème personnel. La saison parfaite quoi.
- Comment ça s’est passé la dernière fois que vous l’avez vu ?
- Je l’ai déjà expliqué à vos collègues, s’emporta Bryan. Je voulais que l’on aille fêter son succès. Il m’a dit qu’il devait passer à son hôtel avant et qu’il nous rejoindrai ensuite. Je n’ai pas bien compris pourquoi sur le moment et puis après tout c’était sa victoire.
- Où deviez-vous vous retrouver ? demanda Martin.
- Au Melrose Palace. On l’a attendu pendant plusieurs heures. Au bout de deux heures, on l’a appelé mais on tombait toujours sur son répondeur. On a réessayé un peu plus tard mais sans succès. Vers 4h00, on a commencé à s’inquiéter, on est allé à son hôtel mais il n’y avait personne.
- Avait-il des ennemis, des joueurs, des journalistes ? proposa Danny.
- Vous savez quand vous faites ce genre de métier et qu’en plus vous avez le succès qu’il a, c’est difficile de ne pas attirer les convoitises. Les joueurs ne s’aiment pas toujours mais ils ne se haïssent pas. De plus, Matt est quelqu’un de plutôt apprécié dans le milieu. Il est agréable, disponible. Par contre, je sais qu’il avait quelques divergences avec son frère mais rien de bien méchant. Je n’en sais pas plus.


Scène #05
[Dans la chambre d’hôtel de Matt Divons - La journée]

Samantha et Jack entrèrent dans la chambre de Matt Divons. Ils observèrent la chambre échangeant un regard d’interrogation. Le lit n’était pas défait. Les valises étaient posées sur le sol. La chambre donnait l’impression que personne n’y avait vraiment vécu.

- Tu as vu ça, Jack, cette chambre est nickelle. Les valises non défaites, pas de trousse de toilette.
- Tu as raison, on a l’impression que personne n’y est venu depuis plusieurs jours.

Le téléphone de Jack sonna. Il répondit puis raccrocha. Il sortit de la chambre pour interpeller une femme de ménage.

- S’il vous plait. Excusez-moi ? Agent spécial Jack Malone du FBI.
- Oui, en quoi puis-je vous aider, répondit la femme de chambre.
- Nous enquêtons sur la disparition de Matt Divons. Vous vous êtes occupée de sa chambre ?
- Oui. Mais il n’y avait pas grand-chose à faire.
- Comment ça ?
- C’était bizarre parce que cette chambre n’était jamais dérangée. Apparemment, il ne devait pas y être souvent. Son lit n’était quasiment jamais défait. La chambre n’était jamais en désordre. Mais le plus étrange, c’est que quelqu’un est venu me poser les même questions.
- Racontez-moi ça ?
- Il y a trois jours, un homme blond est venu me demander si je voyais souvent M. Divons, je lui ai répondu ce que je viens de vous dire. C’est à ce moment là que M. Divons est arrivé. Ils sont entrés dans la chambre. J’ai entendu qu’ils se disputaient mais j’ai dû partir.
- Vous reconnaîtriez cet homme ?
- Oui.
- Merci.


Scène #06
Disparu depuis 13h30.
[Intérieur du FBI - Service des personnes disparues - Le matin]

Vivian était assise à la table de conférence feuilletant des papiers. Samantha visionnait des bandes vidéos. Elle paraissait un peu sceptique... Martin et Danny s’approchent.

- Qu’est ce que tu fais, Sam ? demanda Danny.
- Ce sont les bandes vidéos de l’hôtel. Je cherche la personne qui est allé voir Matt samedi.
- Bon courage, ironisa Martin en voyant la pile de cassette et la tête que faisait Samantha.

Quelques instants plus tard, Jack rejoignait le groupe.

- Vivian, tu as appris quelque chose ?
- Pas mal de choses. Ce garçon a gagné plus d’argent à lui tout seul qu’à nous tous réunis. En tout cas, il a dépensé beaucoup d’argent chez des bijoutiers, des fleuristes depuis quelques mois. Peut-être une femme ? Côté téléphone, rien de vraiment anormal. A part qu’une certaine Emily Spencer a laissé 4 messages sur son répondeur depuis hier. C’est une journaliste.
- Très bien, conclut Jack. Vivian on va aller interroger le frère de Matt Divons, il va arriver. Martin et Danny, je veux que vous alliez voir cette journaliste.


Scène #07
Disparu depuis 17h30.
[Salle de rédaction du New York times - La journée]

Danny et Martin entrent dans une grande salle de rédaction où tout le monde s’affairait pour pouvoir boucler l’édition du lendemain à temps. Ils se rapprochèrent d’un bureau où une jeune fille brune travaillait activement sur son ordinateur.

- Emily Spencer ? Demanda Martin.
- C’est cela.

Emily leva la tête de son ordinateur. Un sourire apparaît alors sur son visage ainsi que sur celui de Martin.

- Martin Fitzgerald ? C’est bien toi ? dit-elle dans un grand étonnement.
- Emily, répondit-il dans un étonnement encore plus grand.

Emily se lève se dirigeant vers Martin. Ils se tombent dans les bras l’un de l’autre. Danny les regarde avec un air perplexe et interrogateur. Apparemment, il ne comprend pas ce qui se passe.

- Je n’avais pas fait le rapprochement, explique Martin.
- Oh Oh, quelqu’un peut-il m’expliquer ce qui se passe, ici ? demanda Danny.
- Emily, je te présente l’Agent Spécial Danny Taylor, mon collègue.

Emily tend la main et tente d’expliquer à Danny la situation.

- Enchanté. En fait, Martin était mon voisin lorsque nous étions enfants. Il n’arrêtait pas de venir jouer au football chez nous. Avec du recul, je pense qu’il squattait.

Les trois se mirent à rigoler.

- Tu n’avais pas de ballon ou c’était déjà une technique de drague ? Ironisa Danny.

Faisant semblant de ne pas avoir entendu la réflexion de Danny, Martin continua comme si de rien était.

- Alors comme ça tu as réussi à devenir journaliste sportive ?
- Non sans problème mais comme tu peux le voir, oui. Et toi, tu n’es pas devenu le grand politicien que ton père voyait en toi.
- Hey.
- Excusez-moi, interrompa Danny, ces retrouvailles sont très touchantes mais nous avons une enquête à mener.
- Bien sûr, répondit un peu gênée Emily.
- Vous connaissiez bien Matt Divons ? commença Danny.
- Dans ce métier tout le monde connaît Matt Divons. C’est un joueur prodigieux.
- Vous n’aviez que des relations de travail ? continua Martin.
- Pas exactement. Nous avons commencé nos carrières à peu prés en même temps, expliqua la journaliste. J’ai commencé ma carrière en couvrant le tennis à travers le monde. A force de se retrouver au même endroit au même moment tout au long de l’année ça finit par créer des liens.
- C'est-à-dire ? Interrogea Danny.
- Oh, nous sommes juste des amis. Il n’y a jamais rien eu d’autre. Cependant, depuis que je suis montée en grade au sein du journal, je voyage moins donc nous nous sommes moins vus ces derniers temps. Mais on s’appelle toujours très souvent.
- Tu l’as vu quand pour la dernière fois ? Demanda Martin.
- Nous nous sommes vus tous les jours depuis deux semaines. La dernière fois c’était hier matin avant sa finale. Il m’avait promis une interview s’il arrivait jusque là.
- Il t’a semblé bizarre ?
- En fait, il a été un peu étrange oui. Au début, j’ai cru que c’était le stress de l’évènement. Mais au fur et à mesure, je me suis rendu compte que quelque chose n’allait pas. A la fin de l’entretien, il m’a fait une confidence.

Flash back- Emily et Matt Divons discutent dans un petit bureau.

- Il y a quelque chose qui ne va pas Matt ?
- J’en ai marre, Emily. C’est décidé, je vais leur annoncer que j’arrête tout à la fin de la saison.
- Comment ça ?
- Je t’en avais déjà parlé en juin. Je n’étais pas encore sûr. Mais là je ne doute plus un seul instant. J’ai consacré plus de 10 ans de ma vie à ce sport. Je n’ai que 25 ans mais je n’ai rien fait de ma jeunesse. Je ne me suis jamais éclaté comme les jeunes de mon âge. J’ai fait ce que l’on attendait de moi. Maintenant, je veux passer à autre chose et penser à moi.
- Et ton frère ?
- Je m’en fiche. Je ne lui ai jamais rien demandé. Tout ce qu’il a fait pour lui ou pour moi, c’est lui qu’il l’a voulu, pas moi. Je vais attendre la finale de demain et je l’annoncerai la semaine prochaine.

Retour au présent.

Ca t’a étonné ? reprit Martin.
- Oui et non. Oui parce que c’était soudain et apparemment plus que définitif et non parce qu’il m’en avait déjà parlé en juin.
- C’est quoi cette histoire avec son frère ? Demanda Danny.
- Il s’est toujours senti redevable envers son frère car il a arrêté ses études pour s’occuper de lui.
- Vous pensez qu’il en a parlé à quelqu’un d’autre ?
- Non, je ne pense pas.
- Tu ne l’as plus vu par la suite ? Pourtant tu as essayé de le joindre quatre fois depuis ce matin.
- Je l’ai vu cinq minutes après la conférence de presse d’hier. Je voulais le féliciter. Il était très sollicité. Il m’a promis une interview pour aujourd’hui. On devait se retrouver ici. Mais il n’est jamais venu. C’est pour cela que je l’ai appelé plusieurs fois, se justifia la journaliste.
- Vous pensez qu’il a pu partir volontairement ? demanda Danny.
- Non, même s’il voulait arrêter sa carrière ce n’était pas dans l’immédiat. Et puis, sans vouloir être prétentieuse, je pense qu’il me l’aurait dit.
- Ok. Merci pour tout. Si tu as du nouveau contacte-moi. Je suis très content de t’avoir revu, conclua Martin.

Martin fit une bise sur la joue d’Emily et lui tendit un papier sur lequel il y avait un numéro de téléphone.

- Moi aussi. Ravi de vous avoir rencontré Agent Taylor.
- Moi de même.
- Martin, tu sais où me trouver maintenant...


Scène #08
[Dans la rue - En continu]

Danny et Martin quittaient le bâtiment marchant jusqu’à la voiture. Ils arrivèrent devant celle-ci et s’apprêtèrent à monter.

- Tu es sûr que tu veux qu’elle t’appelle juste pour te donner des infos ?demanda Danny en se moquant de Martin.
- Ca va, Danny.
- Tu as raison, elle est plutôt mignonne et en plus a l’air sympa. Ça m’étonne d’ailleurs que Matt Divons n’ait pas fait cette constatation.
- Ce n’est peut-être pas son style.

Danny pencha la tête comme pour faire comprendre qu’il n’était pas satisfait par la réponse de Martin.


Scène # 09
Disparu depuis 20 heures.
[Intérieur du FBI - Bureau de Jack Malone - Service des personnes disparues - La journée]

M. Divons était déjà là. Il était assis devant le bureau de Jack. Jack et Vivian entrèrent dans la pièce. Jack s’assit derrière son bureau alors que Vivian pris place à côté de M. Divons.

- Agent spécial Jack Malone.
- Agent spécial Vivian Jonhson.
- Vous avez des nouvelles de mon frère ?
- Non, répondit Vivian. On voudrait juste en savoir plus sur votre frère.
- Bien sûr. Nos parents se sont tués dans un accident de voiture. Matt avait 14 ans et moi 18. J’ai décidé d’arrêter mes études et j’ai travaillé pour qu’il puisse suivre une formation de tennis professionnel. Il était déjà très doué à l’époque. On lui prédisait le plus bel avenir. Et ils avaient raison. C’est un garçon adorable qui n’a jamais bronché pour aller aux entraînements.
- Votre frère a confié qu’il avait l’intention d’arrêter sa carrière, lança Jack.
- Quoi ? S’étonna M. Divons. - Vous ne le saviez pas ? Demanda Vivian.
- Non, répondit M. Divons en s’énervant. Qu’est ce que cette histoire ? Matt était le joueur le plus doué depuis plusieurs générations. Je ne sais pas qui vous a raconté ça mais ce sont des bobards.

Vivian tenta de calmer l’atmosphère.

- Calmez-vous, M. Divons. Pourquoi pensez-vous que ce n’est pas vrai ?

Toujours aussi énervé, gesticulant les bras dans tous les sens, M. Divons répondit :

- Vous n’avez pas à me dire comment je dois réagir. Matt est tout à fait conscient de sacrifices que nous avons fait pour qu’il en arrive là.

Le regard de Jack et Vivian se croisèrent comme dans un souci de compréhension. Ils ont du mal à comprendre pourquoi M. Divons se mettait dans un état pareil.

- "Que vous avez consenti" répéta Vivian avec surprise.
- J’ai arrêté mes études. J’ai fait des boulots de merde pour lui payer ses entraîneurs, ses fournitures, ses déplacements quand il a commencé.
- Vous avez l’air de le regretter M. Divons ? déclara Jack.
- - Pas du tout. Ca en valait la peine.

Quelqu’un frappa à la porte. Samantha entra dans le bureau.

- Je peux te voir 2 minutes, Jack, S’il te plait.
- Bien sûr. Excusez-moi.


Scène #10
Samantha et Jack sortirent du bureau.

- Qu’est ce qu’il y a ?
- C’est le frère qui s’est rendu à l’hôtel samedi.
- Ok. Merci.


Scène # 11
Samantha s’éloigna et Jack reprit sa place dans son bureau.

- Veuillez m’excuser.
- Etait-il différent ces derniers temps ? Continua Vivian.
- Pas particulièrement. Il était anxieux par rapport au tournoi. C’est normal. Il est numéro un mondial. Il a un rang à tenir.
- Il avait une petite amie ?
- Pas à ma connaissance. En fait, il ne parlait pas de fille avec moi. Je pense qu’il se consacre à 200% à son sport et qu’il ne pensait pas à ça. La famille se sera après pour lui.

Jack surprit par la réponse de son interlocuteur continue sur ce thème :

- Pourtant quelqu’un comme lui devait être convoité ?
- Oui mais je suppose que c’est mieux comme ça. Il travaille beaucoup. Il est rarement chez lui. Je ne sais pas si une femme accepterait ça. Et puis, surtout, je ne pense pas que ce serait bénéfique pour sa carrière.
- Il a quand même le droit à une vie privée ? insista Jack.
- Bien sûr mais il ne faut pas que ça nuise à sa carrière.
- C’est ce que vous lui avez dit, samedi après midi ? martela Jack.
- Qu’est ce que vous racontez ?
- Vous êtes bien allé voir votre frère, samedi après midi ? martela Jack.
- Oui mais je ne vois pas ce que ça vient faire dans sa disparition.
- Quelqu’un vous a entendu vous disputer avec lui au sujet du fait qu’il n’était pas souvent dans sa chambre d’hôtel.
- C’est vrai. On s’est disputé samedi. Je voulais juste savoir que ce qu’il foutait quand il n’était pas dans sa chambre.
- Et que vous a-t-il répondu ? demanda Vivian intriguée.
- Que ce n’était pas mes affaires, que je m’étais assez immiscé dans sa vie professionnelle. Que je devais lui laisser sa vie privée. Je n’en ai pas su plus que ça.


Scène #12
Disparu depuis 23h30.
[Intérieur du FBI- Service des personnes disparues - La journée]

Martin, Vivian et Danny étaient autour de la table de conférence. Martin relisant des coupures de presse. Quant à Danny et Vivian, ils examinaient un dossier. Samantha s’approcha la mine fatiguée, des cernes sous les yeux. Cependant, elle arrivait d’un pas alerte un dossier à la main.

- Tu étais où ? lança Danny à Samantha.
- Jack m’a demandé de visionner tous les matchs du tournoi. Je n’en peux plus du tennis. J’ai été obligée de couper le son tellement certains crient fort quand ils tapent dans la balle. Au fait, Jack n’est pas là ?
- Il ne devrait pas tarder, répondit Vivian.
- Qu’est ce qu’il se passe en ce moment avec lui ? Il est désagréable avec tout le monde, protesta Danny.

Vivian faisait semblant de ne pas être concernée par cette question, continuait à feuilleter le dossier qui se trouvait devant elle.

- S’il te plait, Vivian, insista Samantha. Je suis sûre que tu sais quelque chose.
- Ecoutez, finit par dire Vivian. Il a des problèmes personnels. Je n’en sais pas plus. Et s’il ne nous a rien dit c’est qu’il a ses raisons. Point.

Vivian s’arrête soudainement. Danny venait de lui faire un petit signe de la main. Elle se retourna et vit Jack arriver. Tous les quatre arrêtèrent alors de parler. Pour sauver l’apparence, Danny se mit à parler à Samantha.

- Si tu voulais voir Jack, c’est que tu as trouvé quelque chose. Raconte-nous ça.

A ce moment là, Jack arriva à la hauteur de Samantha qu’il regarda attendant sa réponse à la question de Danny.

- Oui. Bien sûr. En visionnant plusieurs fois les cassettes du tournoi, j’ai remarqué une jeune fille qui était toujours là pendant les matchs de Matt.

Samantha sortit alors une photographie du dossier la posant au milieu de la table. Sur celle-ci, on pouvait voir une jeune fille blonde d’une vingtaine d’année. Elle se trouvait dans l’estrade du stade de l’US Open.
En voyant, la photographie, Danny leva les yeux et les sourcils en faisant une petite moue avec sa bouche.

- Entre nous, qui ne la remarquerait pas ? lança t-il.

Avec un petit sourire au coin des lèvres, Samantha continua.

- Ce qui est étonnant, c’est que jusqu’à dimanche, elle était très expansive, toujours à l’encourager entre deux changements de côté. Mais dimanche, elle est restée tranquillement assise et elle est partie avant la remise des trophées. Ce changement de comportement est flagrant et bizarre.
- Tu sais qui c’est ? demanda Martin.
- Non, pas encore. Mais apparemment elle connaît bien l’entourage de Matt. Je vais aller voir son entraîneur, je pense.
- Non, l’interrompa Jack. Danny et Martin vont s’en charger. Je voudrais que tu viennes avec moi, on a retrouvé la voiture de Matt Divons abandonnée sur un parking.

Samantha leva soudainement la tête apparemment pas très contente de ce qui venait de se passer mais obéissant néanmoins aux ordres de son supérieur.


Scène #13
[Intérieur de la chambre d’hôtel de Bryan Kun - La journée]

Bryan Kun était assis dans un canapé. Face à lui, la télévision était allumée. Il visionnait des matchs de Matt Divons.

- Justement, j’allais vous appeler pour savoir si vous aviez trouvé quelque chose, commença Bryan Kun.
- Nous éliminons peu à peu des pistes, répondit Martin en essayant de le rassurer.
- Je suis de plus en plus inquiet, continua l’entraîneur.
- Pourquoi ? s’interrogea Danny.
- Je vous avoue que j’ai cru que cela pouvait être une plaisanterie qu’il nous faisait après sa victoire. Mais là ce n’est plus drôle du tout. Il a raté une importante conférence de presse.
- Vous avait–t-il confié qu’il voulait arrêter sa carrière ? attaqua directement Martin.

A ce moment là, Bryan Kun se trouvait devant la fenêtre scrutant le parc de l’autre côté de la rue. A la question de Martin, l’entraîneur se retourna brusquement dans un sentiment d’incompréhension mais pas de surprise.

- Non.

Mais ayant remarqué la réaction de l’entraîneur, Martin ne put s’empêcher de poser la question qui lui brûlait les lèvres.

- Pourtant, vous n’avez pas l’air extrêmement surpris ?

Bryan Kun commença alors à parler les yeux fixés vers la moquette, le regard dans le vide.

- C’est vrai. En fait, il était de plus en plus distant avec moi. Comme si il y avait un problème. Tout a commencé au début de l’année. Il avait changé après ses vacances. Il a commencé les entraînements sans moi puis il m’a demandé de ne plus l’accompagner à certains tournois. Il m’a dit que je devrais peut-être m’occuper d’autres jeunes parce que je devais les faire profiter de mon talent et de mon expérience ou alors que je devrais prendre du temps pour m’occuper de moi. Au départ, je pensais qu’il voulait juste arrêter sa collaboration avec moi mais qu’il ne savait pas comment me le dire. Après tout, cela aurait été compréhensible, ça fait plus de 10 ans que nous travaillons ensemble. Il aurait pu vouloir aller voir ailleurs. C’est rare de durer aussi longtemps dans ce métier, vous savez. Mais il ne m’en a jamais parlé.

- Mais maintenant vous pensez qu’il aurait pu vouloir mettre un terme à sa carrière ? ajouta Martin.

Bryan Kun se tourna vers Martin.

- C’est vrai que maintenant que vous m’en parlez, c’est une possibilité à laquelle je n’avais pas pensé tellement il était doué. C’est vrai aussi qu’il ne parlait pas de l’avenir.

Pendant que Bryan Kun expliquait son sentiment, visiblement Martin cherchait quelque chose dans la poche intérieur de sa veste. Très rapidement, il sortit la photographie que Samantha leur avait montré quelques heures auparavant. S’avançant vers l’entraîneur, il lui tendit la photographie et lui demanda qui était cette jeune fille.

- Cette fille, c’est Hannah. Hannah Lipinsk.
- Et que représente Hannah pour Matt ? Continua Danny.
- C’est une amie.
- Juste une amie, répéta Danny, ils ne sont jamais sortis ensemble ?
- Je ne sais pas.
- C’est vous qui côtoyé Matt le plus souvent, et vous me dîtes que vous ne saviez pas s’il avait une petite amie, insista Martin.
- Non, je m’occupe de ses affaires sportives pas de ses affaires de cœur !
- S’il vous plait, M.Kun, l’interrompit Danny. Elle était avec vous dans la tribune officielle.

Bryan Kun semblait à présent embarrassé par la situation. Néanmoins, il semblait vouloir dire tout ce qu’il savait.

- Ecoutez tout ce que je peux vous dire, c’est qu’elle est amoureuse de lui. Ca fait un an qu’elle le suit partout. On a fini par sympathiser et je lui ai proposé d’assister à quelques matchs avec nous. Matt n’était pas d’accord avec cette idée.
- Pourquoi ça ? Demanda Martin intrigué.
- C’était une idée de son frère Christopher. Il disait que ce serait bien pour son image. Mais Matt n’était pas d’accord avec ce coup marketing. Il ne voulait pas lui donner de faux espoir. Il n’était pas amoureux d’elle. Il disait que son métier c’était jouer au tennis et que sa vie privée devait rester privée.


Scène #14
Disparu depuis 25heures.

Samantha conduisait la voiture alors que Jack était assis à ses côtés. Le silence inondait la voiture et le malaise était pesant. Repensant à la discussion qu’elle avait eu avec ses trois collègues et voulant briser le silence, Samantha embraya la conversation :

- Tu vas bien Jack ? Tu as l’air fatigué et tracassé. La petite famille, ça va ?

Au même moment, Samantha se gara sur le bas côté à proximité d’un parking de supermarché. Jack profita de cette aubaine pour ne pas répondre à sa question. Il sortit immédiatement de la voiture. Samantha, déconcertée par la l’absence de réponses à ses interrogations, coupa le moteur pour rejoindre Jack qui s’approchait d’un agent de police, qui se trouvait à côté d’une voiture noire haute gamme.

- Agent Spécial Jack Malone du FBI et voici ma collègue l’Agent Spécial Samantha Spade. C’est la voiture de Matt Divons.
- Oui, répondit l’agent de police. Nous l’avons trouvé tout à l’heure. Elle détonait avec le quartier.
- Vos experts ont trouvé quelque chose ?
- Pas pour le moment. Il n’y a pas eu de lutte dans la voiture c’est une certitude. Nous faisons encore des relevés mais il faudra encore attendre un peu pour avoir les résultats.
- Et vos chiens ? proposa Samantha.
- Ils n’ont rien trouvé. Ils reviennent toujours à la voiture. Par contre, on a retrouvé son téléphone portable éteint. Et toutes ses affaires.
- Ok. Merci, conclut Jack.

Jact et Samantha firent le tour de la voiture. Jack s’arrêta sur le côté conducteur. Il fronça les sourcils puis recula comme pour mieux assimiler les distances. Il avait l’air intrigué par la position du siège du conducteur.

- Dis-moi, Sam.

Samantha fit le tour de la voiture pour rejoindre Jack.

- Il fait quelle taille à ton avis, Matt Divons ?
- Je ne sais pas je dirais 1m85 1m90.
- C’est ce que je pensais aussi. Pourtant c’est une personne plus petite qui a conduit cette voiture pour la dernière fois. Je dirais que cette personne doit mesurer au maximum 1m75.


Scène #15
[Intérieur du FBI- Salle d’interrogatoire]

Martin et Danny interrogent Hannah Lipinsk. Il s’agit bien de la jeune fille de la photographie de Samantha. Elle est assise à la table d’interrogatoire. Face à elle se trouve Martin. Danny, quant à lui, est debout.

- Quelles sont vos relations avec Matt Divons ? commença Martin.
- Nous sommes amis.
- Ecoutez, poursuivit Danny. Nous savons que vous étiez amoureuse de lui.
- Qui vous a dit ça ?
- Peu importe, répondit Martin.

Hannah semblait gênée. Elle soupire. Elle semblait néanmoins décidée à se confier.

- Oui, c’est vrai, je suis amoureuse de lui. Je l’ai rencontré il y a un an. J’étais hôtesse d’accueil à l’US Open. Quand je l’ai vu, j’ai tout de suite craqué pour lui. Il était différent des autres sportifs. Gentil, agréable, souriant, toujours poli et plutôt beau gosse. Ca changeait de tous ces joueurs qui se prennent pour des vedettes et qui vous regarde comme de la merde.
- Vous l’avez suivi partout ? demanda Martin.
- Au début oui. Mais moins depuis quelques mois. Mais quand je le veux, le frère de Matt arrive toujours à m’avoir de supers places.
- Vous êtes sortis ensemble ? finit par demander Danny.
- Jamais.
- Vous ne lui avez dit jamais ce que vous ressentiez pour lui.
- Si bien sûr, mais ça ne suffit pas toujours. Il a refusé chacune de mes avances.
- Il vous a dit pourquoi ? Continua Martin.
- Pas vraiment au début. Il m’a dit que ce n’était pas réciproque. Mais j’ai compris qu’il y avait une autre femme.
- Une autre femme ? s’interrogea Danny. Vous savez qui ?
- Non, il était très discret sur ce sujet. Tout le monde pensait qu’il était célibataire mais ce n’était pas vrai du tout.
- Vous êtes sûr ?
- Oui il me l’a confirmé samedi. J’étais venu le voir pour lui souhaiter bonne chance. Je lui ai proposé un voyage pour fêter sa saison. Il s’est mis en colère.

Flash back - Samedi - Chambre d’hôtel de Matt Divons.

On frappe à la porte. Matt Divons ouvre. Hannah se trouve sur le palier.

- Salut, Matt, je peux entrer ?
- Bien sûr, mais pas longtemps.
- Comment vas-tu ? Pas trop stressé ?

Hannah entra dans la chambre. Matt Divons n’avait pas l’air très ravi de la voir. Il semblait agacé par la présence de la jeune fille.

- Ca va, je te remercie. Qu’est ce que tu veux encore ?
- Je voulais te souhaiter bonne chance pour demain.

Elle s’arrêta brusquement de parler, hésita un instant pour continuer puis se jeta à l’eau.

- Et puis, je voulais savoir si ça te disait un petit voyage rien que nous deux à la fin de ta saison. En tout bien tout honneur, bien sûr.
- "En tout bien, tout honneur ?" Tu te fous de moi Hannah. Ecoute tu es adorable, très belle mais j’en ai marre de tes avances. Je t’ai dit non à plusieurs reprises et ça ne changera pas. Tu n’en as pas marre d’être toujours derrière moi ?
- Je serais toujours là, je ne renoncerai pas tant que tu ne m’auras pas donné une bonne raison.
- Je vais t’en donner une alors. Je suis amoureux. Je vais arrêter ma carrière pour me marier et m’occuper d’elle.
- Comment ? Mais qu’est ce que s’est que cette histoire ? Tu plaques tout comme ça du jour au lendemain. Et on pourrait savoir qui est l’heureuse élue ?
- Tu le sauras bien assez tôt. Merci pour ton soutien mais je ne veux plus de cette vie là. Maintenant je te demande de me laisser. Je voudrais me concentrer pour demain.
- Alors c’est tout. C’est fini. Un an comme ça qui s’envole en fumée. Je pensais que tu étais différent des autres mais en fait, tu es pire...
- Je ne t’ai jamais rien promis Hannah. Si Christopher t’a donné tes entrées, c’était pour mon image. J’étais contre cette idée. Mais tu connais mon frère. Et ça a toujours été clair pour moi. Je suis désolé mais tu es mal placée pour me comprendre.

Hannah quitte la chambre, les larmes aux yeux.

Retour au présent.

- Vous avez dû être en colère, reprit Danny. Pourtant vous étiez au stade le lendemain ?
- Je lui en ai voulu et je lui en veux toujours mais j’y suis allée quand même sans vraiment savoir pourquoi. Peut-être pour Christopher ou par habitude.
- C’est la dernière fois que vous l’avez vu ?
- Oui. Après le match je suis partie. Je ne suis pas restée le féliciter. Je suis allée rejoindre ma sœur. Elle tient un resto à Greenwich village. Vous pouvez lui demander.
- Nous vérifierons, indiqua Danny. Une dernière petite question. Vous avez parlé à quelqu’un des projets de Matt ?
- Non.


Scène #16
[Intérieur FBI - Service des personnes disparues - La journée]

Samantha, Vivian, Danny et Jack étaient autour de la table de conférence, prêt à faire un point sur la situation. Martin, quant à lui, était au téléphone. Il raccrocha.

- Hannah Lipinsk était bien au resto de sa sœur de 18h à 00h00. Elle a donné un petit coup de main. Les serveurs s’en souviennent.
- Ça la met hors course, répondit Jack.
- Hannah nous a confirmé que Matt Divons voulait arrêter sa carrière pour des raisons sentimentales dirons-nous.
- Vous savez qui est cette fille ? Demanda Jack.
- Aucune idée, continua Danny. Apparemment c’était un grand secret. Personne n’était au courant.
- Pourquoi voulait-il garder cela secret ? Il est où le problème ? s’interrogea Vivian.
- Sauf si cette personne n’était pas très appréciée par son entourage, suggéra Jack.
- Il a le droit d’avoir une vie privée, se fustigea Samantha.
- Je pense qu’il se sent redevable des sacrifices de son frère, rétorqua Martin, alors si cette personne ne s’entendait pas avec son frère peut-être qu’il a hésité avant de le dire.
- Il faut trouver cette fille. Alors, on pourra mieux comprendre la situation et trouver des réponses à nos questions. Je veux que tout le monde cherche cette fille.

Au moment où tout le monde allait se disperser pour faire des recherches, un agent s’approche d’eux un dossier à la main.

- Jack, ce sont les analyses sur la voiture de Matt Divons, lança-t-il ?
- Merci, répondit Jack. Voyons ce que nous apprennent ces analyses.

Alors que Jack parcourut le dossier, Martin, Danny, Samantha et Vivian étaient restés là pour attendre les conclusions.

- Il y a les empreintes de Matt, de son frère et de son entraîneur. En somme rien d’anormal. Par contre, la dernière personne à avoir conduit la voiture mesure 1m74 environ. Sam, tu as vérifié la taille de Matt Divons ?
- Oui, il mesure 1 m87. Ce n’est donc pas lui qui a conduit la voiture.
- On sait ce que faisait sa voiture dans ce quartier ? se demanda Vivian.
- Non, répondit Jack.
- Quelqu’un a dû la mettre là pour brouiller les pistes. Et ce quelqu’un a forcément quelque chose à voir avec la disparition de Matt Divons, suggéra Martin.
- Sauf si Matt a laissé sa voiture là volontairement, qu’il a bougé le siège pour nous berner et qu’il est tranquillement parti avec sa petite amie. Après tout, rien ne prouve qu’il ait été enlevé, proposa à son tour Danny.
- Je ne pense pas répliqua Jack. Le rapport indique qu’il y avait des cheveux et du sang de Matt Divons sur le capot de la voiture.
- On en revient alors à la supposition de Martin, reprit Samantha. Dans ce cas là, les signes ne sont pas très encourageants. En tout cas, on peut éliminer Hannah. Elle mesure moins d’un mètre 70.
- Alors, on en revient à l’entraîneur et au frère. Mais pourquoi vouloir faire disparaître la poule aux œufs d’or? s’interrogea Danny.
- Peut-être parce que la poule aux œufs d’or voulait tourner le dos à sa carrière. Imaginons que Matt fasse part de sa volonté de mettre un terme à sa carrière à son entraîneur ou à son frère et qu’il voulait l’annoncer à la conférence de presse de cet après midi. Ca dégénère, une dispute éclate tout va ensuite très vite... Ecoutez, il faut d’abord retrouver cette fille. Allez tout le monde au travail.


Scène #17
[Intérieur du FBI - Service des personnes disparues - En continu]

A la fin du speech de Jack, tous se dispersèrent et s’installèrent à leurs bureaux alors que Jack retourne dans son bureau. Très rapidement Vivian semble avoir trouvé quelque chose.

- Ecoutez ça, lança t-elle.

Tous se retournent les yeux braqués sur elle.

- Je crois que j’ai trouvé. C’était sous nos yeux.
- Qu’est ce que tu racontes Vivian ? r épondit Samantha interloquée.
- Quelles sont les deux seules femmes qui finalement font parties de la vie de Matt Divons ?
- Hannah Lipinsk et Emily Spencer, rétorqua Danny.
- Exactement. Et qui avait le plus à perdre à dévoiler sa relation avec Matt ?
- La journaliste, répondit Samantha.
- Exactement. Imaginez une journaliste sportive qui sort avec le champion de tennis. Sa crédibilité aurait été touchée. De plus, depuis un an, leurs coups de fil se sont faits de plus en plus nombreux et fréquents. Ça ne me paraissait pas bizarre parce qu’ils se connaissaient mais maintenant je n’ai plus aucun doute, conclua Vivian.

Martin se leva. Il semblait sceptique à cette proposition.

- Non, je ne le crois pas. Elle me l’aurait dit. Selon vous, elle aurait enlevé puis tuer Matt Divons pour ne pas perdre son job. C’est ridicule.
- S’il te plait, reste objectif Martin, dénonça Danny.
- Tu la connais, Martin ? interrogea Samantha.
- Il jouait avec elle quand il était petit, raconta Danny.
- C’était ma voisine. Nous étions juste amis, c’est tout, se défend Martin.
- C’est tout, vraiment ? Rétorqua Samantha avec un sourire aux lèvres.


Scène #18
[Intérieur du FBI- Bureau de Jack Malone]

Jack était assis à son bureau. Il avait appelé Martin pour lui parler de cette histoire avec Emily Spencer. Martin entra dans le bureau et s’assit face à son supérieur.

- Martin, je préfère que quelqu’un d’autre se charge de cet interrogatoire à ta place.
- Ecoute Jack. Je ne l’avais pas vu depuis plus de 10 ans. Ce n’est pas comme si c’était ma meilleure amie ou ma sœur.
- Tu la connais quand même !
- Jack, je ne serais pas seul. Elle sera peut-être plus en confiance avec moi.
- Ca n’a pas été flagrant ce matin.

Jack s’arrêta un moment pour réfléchir.

- Ok. Mais au moindre problème, j’interviens.
- Pas de problème.


Scène #19
Disparu depuis 25h30.
[Intérieur du FBI- Salle d’interrogatoire]

Emily entra dans la salle d’interrogatoire. Elle devancait Martin et Danny.

- Assieds-toi, s’il te plait, demanda Martin sur un ton posé.

Emily s’exécuta. Sur son visage, on pouvait lire de l’anxiété comme si un secret allait être dévoilé.

- Tu ne nous as pas tout dit ce matin, commença Martin
- De quoi parles-tu ? répondit-elle.
- De relations entre toi et Matt ?
- Je ne comprends pas. Nous sommes juste des amis.
- Ecoutez Mlle Spencer, insista Danny, nous n’allons pas tourner autour du pot plus longtemps. Vous êtes la petite amie de Matt Divons, non ?

Emily regarda alors Martin avec intensité comme pour s’excuser de lui avoir menti. Ensuite, elle regarde Danny, elle avait compris que son secret était découvert et que ce n’était pas la peine de mentir plus longtemps. Elle était disposée à se confier. Elle baissa les yeux.

- C’est vrai, dit-elle, nous étions amants. Il y a un an, mon père est décédé dans un accident de voiture. Un chauffeur, ou plutôt devrais-je un chauffard ivre à percuter sa voiture. Il est mort sur le coup. Quand Matt a appris ça, il m’a appelé. Il a vu que ça n’allait pas du coup, il est venu me rendre visite pour me faire part de son expérience. Je l’ai trouvé adorable. On a beaucoup parlé, on a passé un bon moment, on s’est découvert beaucoup de petits points communs. Il a commencé à m’appeler plus souvent et puis ce qui devait arriver arriva...
- Il vous a demandé de ne rien dire sur votre relation ? demanda Danny.
- Non. Au départ, c’est moi qui lui ai demandé et ça n’avait pas l’air de le gêner, au contraire. Ça nous a paru évident. Nous étions tous les deux d’accord.
- Pourquoi ?
- Si on avait su que je sortais avec Matt, ça n’aurait pas plu à tout le monde. J’aurais peut-être perdu mon poste. Je voulais attendre un petit peu pour voir comment ça évoluait. Quant à lui, il ne voulait pas que son frère soit au courant.
- Que s’est-il passé, par la suite ?
- Pendant un an nous avons vécu comme ça, entre eux avions, entre deux tournois. De temps en temps, je profitais de mon statut de journaliste pour aller voir certaines compétitions Ça nous allait bien au moins jusqu’au mois de juin.

Elle s’arrêta un instant, réfléchissant probablement à cette période de sa vie. Elle donnait l’impression de vouloir choisir ses mots.

- Continue, suggéra Martin.
- Matt est venu me voir après Roland Garros. Il disait qu’il avait pris une décision pour nous deux. Il m’a annoncé qu’il allait arrêter sa carrière à la fin de la saison. Il en avait marre de la vie qu’il menait. Ça fait dix ans qu’il consacre toute sa vie à ce sport, matin, midi et soir. Il n’a aucun ami, il n’en a jamais eu. Sa famille n’en parlons pas. Il ne lui reste que son frère, qui n’a qu’une obsession la réussite de son petit prodige. Il ne pensait qu’à ça.
- Il n’y avait pas d’autre raison à sa volonté d’arrêter sa carrière ?
- Il voulait surtout s’arrêter pour être avec moi. Nous nous aimons vraiment. Ce n’est plus un simple béguin. Si nous restions ensemble, l’un de nous deux aurait du arrêter sa carrière. Ça n’aurait pas été possible que je garde mon poste. Question d’objectivité. Il m’a dit que s’il devait arrêter sa carrière pour la mienne, il le ferait. Il avait plein de projets. Même de nos jours, c’est plutôt rare ce genre d’hommes. Je lui ai dit de bien réfléchir à ce qu’il faisait. La suite vous la connaissé.
- C’est vous qu’il devait voir après sa victoire ? demanda Danny.
- Oui, il devait passer chez moi. Mais il n’est jamais venu.
- Tu ne t’es pas inquiétée ?
- Non. Ce n’était pas sûr qu’il vienne. Il avait beaucoup d’obligations. Je ne me suis donc pas inquiétée outre mesure.
- Pourquoi tu n’as pas raconté tout ça ce matin ?
- C’était un secret entre nous. On attendait encore un peu pour le dire. C’est pour cela que je n’ai rien dit ce matin. Et puis, je ne pensais pas que c’était important puisque je n’ai rien avoir avec sa disparition.


Scène #20
Disparu depuis 27h30.
[Intérieur du FBI- Service des personnes disparues]

Danny et Jack marchaient l’un à côté de l’autre. Ils arpentaient les couloirs du service. Jack écoutait attentivement les conclusions de Danny sur l’interrogatoire de la journaliste.

- Nous pensons qu’elle est sincère. Ils s’aimaient. Il voulait vraiment arrêter sa carrière pour elle. Elle n’a rien à voir avec tout ça, confia Danny.
- Ok.

Danny et Jack étaient dans la partie du service où se trouvaient les bureaux du groupe. Samantha se dirigea vers eux. Elle avait un large sourire.

- L’étau se ressert autour du frère. Un homme correspondant au signalement de Christopher Divons a été vu dans le quartier où l’on a trouvé la voiture de son frère. Je me suis renseignée auprès de toutes les compagnies de taxis. Et il y a en a un qui se souvient avoir pris M. Divons frère.
- Ok très bien, convoque-le moi. Mais il faut continuer les recherches. Il nous faudra plus que ça pour le coincer.


Scène #21
[Intérieur du FBI - Service des personnes disparues]

Christopher Divons sortit de l’ascenseur. Jack et Vivian l’attendaient un peu plus loin dans le hall. Ils s’avancèrent vers lui.

- M. Divons, veuillez nous suivre s’il vous plait, lui ordonna Jack.

Christopher Divons s’exécuta. Il suivit Jack et Vivian à travers le service des personnes disparues pour se diriger vers la salle d’interrogatoire. Arrivé sur un coin, sur la gauche, il vit Samantha dans une petite pièce plongée dans le noir, apparemment, elle visionnait des cassettes vidéos. Au bout de quelques minutes, tous les trois se trouvaient devant la porte de la salle d’interrogatoire. Ils y entrèrent. M. Divons s’assit à la table. Vivian et Jack restèrent debout.

- M. Divons, nous avons quelques soucis vous concernant, commença Vivian.
- Ah bon. Je suis curieux de savoir lesquels.
- Voilà, nous voudrions savoir ce que vous faisiez dans le quartier du Bronx dimanche soir vers 00h20.
- Vous devez faire une erreur, répondit Christopher avec une étonnante décontraction. Je ne suis jamais allé là-bas. Je ne vois pas ce que je serais aller y faire.
- Déposer la voiture de votre frère par exemple, suggéra Vivian.
- Comment ? Vous avez retrouvé la voiture de mon frère dans le Bronx ?
- Comme si vous l’ignoriez, ironisa Jack.
- Bien sûr. Comment l’aurais-je su ? Ah oui, c’est vrai, j’oubliais, c’est moi qui l’ai déposé là-bas.
- Un chauffeur de taxi vous a formellement reconnu.
- Il se trompe. Ça ne peut pas être moi puisque je n’y suis jamais allé.

Christopher Divons semblait très à l’aise. Il ne laissait rien paraître de ses émotions, répondant avec une décontraction étonnante. Soudainement, un bruit retentit dans la salle d’interrogatoire. Samantha venait de frapper à la vitre sans teint. Jack et Vivian s’excusèrent auprès de M. Divons et sortirent de la pièce. Samantha les attendait de l’autre côté de la vitre.

- J’ai visionné les cassettes de surveillance de l’hôtel de Matt Divons. Vous vous souvenez que son frère est allé le voir samedi et qu’ils se sont disputés. Je n’avais pas continué de regarder la cassette après que Christopher soit sorti de la chambre. Il a vu qu’Hannah Lipinsk était allé voir son frère. Il l’a suivi et il n’a quitté l’hôtel que quelques minutes avant elle. On peut supposer donc qu’il a entendu la conversation entre Hannah et Matt. De ce fait, il était tout à fait au courant que son frère voulait arrêter sa carrière.
- Si c’est ça, ça change tout, suggéra Vivian.
- Ok, merci Samantha, bon travail.

Samantha retourna vers son bureau. Jack et Vivian se regardent. Pensant certainement qu’il ne manquait plus que ses aveux. Ils entrèrent de nouveau dans la salle interrogatoire. M. Divons était toujours assis devant la table au centre de la pièce. Ses yeux fixant le plafond. Jack repris la conversation sur un ton beaucoup incisif qu’auparavant.

- Vous savez que votre frère voulait mettre un terme à sa carrière ? Vous avez essayé de l’en dissuader.
- C’est vous qui me l’avez appris hier. Ecoutez, je ne sais pas à quoi rime toutes ces questions mais ça devient vraiment énervant.

Il s’arrêta un moment avant de reprendre.

- Qu’est ce que vous insinuez ? Que j’ai quelque chose avoir avec la disparition de mon frère ? C’est d’un ridicule.
- C’est ça, confirma Vivian.

Christopher Divons, rempli de colère et de fureur, se leva d’un seul bond. Il allait sortir de la pièce. Jack s’interposa.

- Asseyez-vous, M. Divons et restez calme.
- Ça y est, on recommence à me dire ce que je dois faire. J’aime mon frère. J’ai tout sacrifié pour lui et je l’aurais fait disparaître ? C’est du délire.
- Vous lui répétiez combien de fois par jour que sans vous, il ne serait rien. Que vous vous étiez sacrifié ? Ça devait être pesant pour lui, non ?
- C’est la vérité. Et si ça le gênait tant que ça il aurait pu me le dire. J’aurais compris.
- Vous auriez compris, vraiment ? demanda Jack surpris. Est-ce vous avez compris ce que Matt expliquait à Hannah samedi lorsque vous étiez derrière la porte de sa chambre ? Est-ce que vous acceptez qu’il laisse tout tomber alors que c’était le plus doué, le plus convoité, le plus connu, le plus beau ? Alors que vous n’étiez toujours vu que comme le grand frère de Matt. Tous les honneurs étaient pour lui et vous qu’est ce que vous aviez ? Rien. Alors que vous avez arrêté vos études qui s’annonçaient plus que brillantes pour que votre frère puisse devenir un joueur de tennis professionnel et parce que c’est ce que vos parents voulaient. Il avait tout et vous, vous n’aviez rien.

A la fin de l’explication de Jack, le silence s’était fait dans la pièce. Apparemment, Jack avait touché le talon d’Achille de Christopher Divons. La colère de ce dernier était tombée. Il était assis, les bras allongés sur la table.

- J’étais très doué à l’école. Si mes parents avaient été là, on aurait tous les deux pu faire ce que l’on voulait. Mais lorsqu’ils sont morts, l’argent manquait. Le plus grand souhait de mes parents c’était que Matt fasse des études pour être tennisman. J’ai décidé d’arrêter les miennes pour cela. Au début, j’ai cru que c’était juste pour une année ou deux mais plus le temps avançait, plus il était doué et plus il fallait de l’argent pour les déplacements, les équipements. Maintenant, tout est payé par les sponsors ou les fédérations mais à l’époque on devait tout payer de notre poche. Quand je suis retourné sur mes pas samedi, c’est parce que j’avais oublié mon blouson dans sa chambre. Je n’avais pas vu qu’Hannah était là. Quand je suis arrivé au niveau de sa chambre, j’ai entendu des éclats de voix alors j’ai écouté. Au départ, je croyais que c’était juste une ruse de sa part pour se débarrasser d’Hannah une bonne fois pour toute. J’ai décidé d’attendre qu’il finisse le tournoi pour lui en parler.
- Mais il vous a expliqué que ce n’était pas du bluff, qu’il voulait vraiment arrêter sa carrière. Vous avez voulu le raisonner mais ça c’est mal passer.

Christopher ne répondit pas. Sa tête était baissé. Et puis soudainement, il se remit à parler.

- Je l’ai attendu dans sa voiture après la conférence de presse. Je savais que ce serait difficile d’avoir un moment rien que tout les deux. Il a commencé à rouler.

Flash back - Dimanche 22h30 - La nuit.

Matt Divons conduit sa voiture, son frère est assis à côté de lui.

- Tu vas où Matt ? Voir une femme ?
- Comment tu sais ça ?
- Je le sais, c’est tout ce qui compte.
- Oui mais encore une fois ça ne te regarde pas. Tu es mon frère, pas mon chaperon.
- Qui est-ce ?
- Je ne peux pas te le dire.
- Dis-le moi.
- Non.

Voyant que son frère n’avouerait pas, Christopher Divons arracha le téléphone portable de Matt de l’étui dans lequel il se trouvait. Matt était furieux mais il ne pouvait rien faire. Il décida donc de s’arrêter sur la bas côté. Les deux frères se trouvaient à l’extérieur de la ville de New York sur une route déserte. Matt et Christopher sortirent de la voiture. Matt faisant le tour pour se trouver face à son frère.

- Rends-moi ce téléphone.

Matt lui arracha des mains. Mais Christopher avait trouvé ce qu’il cherchait.

- Emily Spencer ? Tu rigoles ? Tu n’es quand même pas vraiment amoureux de cette fille ?
- Si. Elle est merveilleuse. Je vais la demander en mariage. A ses côtés, j’ai enfin trouvé le sens à ma vie. Je n’en peux plus de cette vie, je n’en vois pas l’utilité.
- Tu n’en vois pas l’utilité après que tout ce que j’ai sacrifié pour toi ?
- Tu m’agaces avec ça. Tu me le rabaches tous les jours. C’était ton choix pas le mien. Je n’ai jamais rien demandé. Et tu pourrais reprendre tes études maintenant.
- Bien sur, le vieux de 29 ans qui retourne à la faculté. Non merci, pas pour moi.
- Alors ne te plains pas. Puisqu’on est à l’heure des confidences. Je voulais attendre un peu avant de te l’annoncer mais maintenant que tu sais pour Emily et moi, je vais arrêter ma carrière à la fin de la saison pour m’occuper d’elle. Elle pourra garder son poste et moi je pourrais faire enfin quelque chose que j’aurais choisi.
- Alors ce n’était pas une blague.
- Tu le savais ?
- J’ai entendu ta conversation avec Hannah samedi. J’ai cru que c’était un coup de bluff pour qu’elle te foute la paix.
- Pas du tout. J’aime vraiment Emily. Je te l’ai dis j’ai enfin trouvé le sens de la vie.
- Tu vas tout plaquer pour une nana mais tu as perdu la boule ! Si vous vous aimez autant, elle pourrait arrêter de travailler pour toi quand même.
- Tu ne comprends vraiment rien. Si j’arrête tout, ce n’est pas uniquement pour elle mais aussi et surtout pour moi. Je n’aime pas la vie que je mène. C’est une deuxième chance pour moi, qui ne se représentera peut-être pas. Tu peux essayer de comprendre ?

Christopher semblait résigné. Mais ce n’était pas le cas du tout. Il essaya vainement de le faire changer d’avis. Plus la conversation avançait et plus le ton montait. Les gestes et les mots devenaient de plus en plus violents. Christopher était à un niveau d’énervement difficilement descriptible. Comme s’il s’était retenu pendant plusieurs dizaines d’années. Il donnait l’impression de ne plus supporter la voix et les explications vaines de son frère. Le poing de Christopher partit alors violement. Il était impossible pour Matt de l’éviter. Ce dernier tomba et avec une incroyable malchance, il heurta d’abord la voiture puis ne sachant pas se rattraper sa tête heurta le sol parsemé de cailloux plus ou moins grands. Son corps était inerte.

Retour au présent.

Christopher Divons était resté étonnement calme durant ses aveux. Il était toujours au même endroit. On pouvait voir des larmes qui coulaient le long de ses joues. Il venait de se rendre compte de ce qu’il avait fait...


Scène #22
[Intérieur du FBI - Service des personnes disparues - Le lendemain]

Jack sortit de l’ascenseur, un journal à la main. Martin, Danny et Vivian étaient déjà là. Il se dirigea vers eux.

- Bonjour à tous. Dès que Samantha sera arrivée, j’aimerais que vous veniez tous dans mon bureau.

Sans attendre de réponse, Jack fit demi-tour et alla s’enfermer dans son bureau. La surprise se lisait sur le visage des trois collègues. Qu’est ce que Jack pouvait bien avoir à leur dire de manière si officielle ? Vivian avait bien sa petite idée mais elle ne fit pas part de son intuition. Quelques minutes plus tard, Samantha passa la porte de l’ascenseur. Elle fut mise au courant de la volonté de Jack de les voir tous réunis dans son bureau. Samantha eut juste le temps de poser ses affaires. Il se dirigèrent vers le bureau de Jack. Vivian frappa. Ils entrèrent. Sur le bureau , on pouvait lire le gros titre du journal : "Le corps de Matt Divons retrouvé." En dessous, le journal précisait : "Son frère, Christopher a avoué être responsable de la mort du champion de tennis mais se défend en affirmant que c’était un accident... Suite p2."
Jack, quant à lui, est en train de rédiger de la paperasse administrative. Il se leva et se dirigea vers son groupe.

- Asseyez–vous.

Tous s’exécutèrent. Dans leurs regards, on pouvait lire une grande incompréhension. Jack resta debout. Il commença à parler sur un ton posé.

- D’abord, je voudrais m’excuser dit-il. Comme vous l’avez tous remarqué, j’ai été à cran ces derniers temps. Je n’ai pas été très agréable mais j’avais des problèmes personnels. Pardon.

Tous écoutaient attentivement les mots que Jack choisissaient avec soin. A présent, il arpentait son bureau tout en continuant son histoire.

- Cette histoire avec Matt Divons m’a fait prendre conscience de beaucoup de choses. Nous n’avons qu’une vie et nous devons parfois faire des choix difficiles qui engagent un grand bouleversement. On pense souvent à ce que l’on va perdre en faisant ce choix mais pas à ce que l’on va gagner. Matt Divons a fait tout l’inverse.

Personne n’a vraiment l’air de comprendre le discours de Jack. Martin posa alors la question qui traversait l’esprit de chacun d’entre eux.

- Où veux-tu en venir Jack ?
- J’y viens, j’y viens. On a proposé à Marie un poste très intéressant à Chicago, il y a 15 jours. Elle l’a accepté. J’ai longtemps hésité avant de savoir ce que j’allais faire et cette affaire m’a ouvert les yeux. Je sais ce que je perds, ce travail que j’adore avec vous mais je sais surtout ce que je gagne être auprès de ma famille. Ma place est là-bas. Tout ça pour vous dire que je vais demander ma mutation à Chicago.


FIN
Copyright © 2003-2019 fbi-fr.net - Le site de référence sur la série fbi portés disparus.