Le site de référence sur la série fbi portés disparus
Bienvenue sur www.fbi-fr.net nous sommes le vendredi 21 juillet bonne fête aux Rodolphe.
L'HISTOIRE DE LA SERIE
   
 
En 2001, la chaîne CBS obtient un gros succès avec "Les experts" produit par Jerry Bruckheimer. Ce producteur hollywoodien, qui est à l'origine de "blockbusters" tels que "Top Gun", "Le Flic de Beverly Hills", "Pearl Harbor" ou "Pirates des Caraïbes", s'est en effet diversifié en se lançant dans la télévision. Quand CBS lui demande d'imaginer une nouvelle série, il se met à plancher sur le sujet avec son partenaire, le producteur exécutif Jonathan Littman. A l'époque, les gros titres des journaux américains sont consacrés à la disparition d'une stagiaire du Bureau des prisons de Washington nommée Chandra Levy. Au cours de l'enquête, la police découvre la vie secrète de la jeune femme et notamment son aventure avec un politicien marié. Cette affaire fait comprendre à Jonathan Littman qu'une série consacrée aux personnes disparues possède un réel potentiel dramatique. "L'enquête a révélé tous les secrets de cette jeune femme et j'ai réalisé que les histoires qu'on pouvait raconter à partir des cas de personnes disparues étaient illimitées, explique-t-il. On pouvait aussi bien évoquer le suicide, que la violence conjugale, la maladie mentale ou le kidnapping..." Littman jette alors sur le papier les prémices d'une série intitulée "Vanished" (Disparus), qui sera plus tard rebaptisée "Without A Trace" (Sans laisser de trace), alias "FBI : Portés Disparus" chez nous.


Dès le départ, les deux producteurs décident de créer de toutes pièces un service qui n'existe pas en réalité : une division du FBI chargée exclusivement d'enquêter sur les personnes disparues à New York. Aux Etats-Unis, les affaires d'enlèvement relèvent effectivement du FBI, c'est-à-dire la police fédérale, mais les enquêtes sur les disparitions peuvent atterrir sur le bureau d'un shérif ou sur celui d'un détective de la criminelle en fonction de l'Etat où la personne réside. Plutôt que de forcer le téléspectateur à s'intéresser à ces procédures compliquées, les deux hommes imaginent donc un service exclusivement réservé aux disparitions. Une pure invention qui mériterait d'être concrétisée quand on sait qu'environ 850 000 personnes disparaissent chaque année aux USA... En dehors de ce parti pris, Bruckheimer et Littman souhaitent coller le plus possible à la réalité. Ils engagent donc plusieurs experts (policiers, ex-membres du FBI, juges...) pour veiller à ce que les enquêtes restent crédibles. Par ailleurs, bien que les scénarios ne soient pas directement tirés de disparitions médiatisées, les scripts restent dans l'air du temps en évoquant des thèmes brûlants comme le terrorisme ou la pédophilie.


Le souci de réalisme prévaut également quant aux choix des comédiens. A l'inverse de bien des séries policières, les personnages se servent ici plus souvent de leur matière grise que de leurs armes. Plutôt que de recruter des héros dignes de films d'action, les producteurs engagent donc des comédiens à la réputation solide. On a pu voir Anthony LaPaglia (Jack Malone) en avocat dans "Murder One", Eric Close (Martin) a tenu la vedette de séries telles que "Un Agent Très Secret", "Dark Skies" et "Taken" et Marianne Jean-Baptiste (Vivian) est encore auréolée du succès critique du film "Secrets Et Mensonges". Autour d'eux, deux nouveaux venus : Poppy Montgomery (Samantha), découverte grâce à la mini série "Blonde" où elle interprétait Marilyn Monroe, et Enrique Murciano (Danny), repéré par Jerry Bruckheimer dans la "Chute Du Faucon Noir".


Lancé en septembre 2002 aux USA, "Without A Trace" fait aussitôt un carton et devient la deuxième série la plus regardée après... "Les Experts" ! Le public est sensible aux thèmes abordés, qui font écho aux nombreuses affaires de disparition à la une des journaux. De plus, "FBI : Portés Disparus" se distingue par un vrai suspense. Contrairement aux autres séries policières, il ne s'agit pas (forcément) de résoudre un crime. Les enquêteurs partent du principe que la personne qu'ils recherchent est encore en vie et gardent à l'esprit qu'il pourrait s'agir d'une disparition volontaire. Le public ne découvre le sort de la "victime" que dans les toutes dernières minutes de l'épisode. Voire pas du tout. Car réalisme oblige, toutes les affaires ne sont pas élucidées... Les téléspectateurs sont également sensibles aux spots de quinze secondes diffusés à la fin du générique, où s'affichent les photos de personnes réellement disparues avec un numéro à contacter pour donner des informations au FBI. Des clips qui ne sont pas visibles dans la version française de la série. Cela n'a pas empêché le public français de se passionner pour les enquêtes de Jack Malone et son équipe. Plus de 6 millions de personnes suivent fidèlement la série sur France 2 chaque semaine, au point que la chaîne pourrait utiliser la saison 2 plus tôt que prévu. On croise les doigts en espérant qu'elle ne disparaisse pas de sitôt de nos écrans.
Copyright © 2003-2017 fbi-fr.net - Le site de référence sur la série fbi portés disparus.