Le site de référence sur la série fbi portés disparus
Bienvenue sur www.fbi-fr.net nous sommes le dimanche 24 juin bonne fête aux Jean-Baptiste.
4#02 UN MONDE DANGEREUX
   
VIVIAN : Jack ! T'as un instant ?
JACK : Bien sûr.
VIVIAN : Je voudrais savoir quand tu vas arrêter de me ménager ?
JACK : Ca veut dire quoi exactement ?
VIVIAN : C'est à peine si tu me laisses faire des interrogatoires, tu limites mes sorties sur le terrain. Je pense que je devrais plutôt être au lycée pour épauler Danny et Sam.
JACK : Tu as subi une grosse opération.
VIVIAN : Et mon médecin dit que mon coeur est plus fort que jamais.
JACK : Ecoute je suis pas très enthousiaste à l'idée de te réexpédier sur le terrain.
VIVIAN : Alors qu'est ce que tu veux me faire faire à part consulter mes e-mails ?


MARTIN : Des choses sur son disque dur ?
VIVIAN : Rien que des devoirs pour l'instant.
MAC : Ras le bol de Marie Antoinette et l'histoire de la brioche.


VIVIAN : Martin Fitzgerald, je te présente James MacElroy.
MAC : Oh salut, vous avez qu'à m'appeler Mac.
(Ils se serrent la main)
MARTIN : D'accord Mac. Les choses changent par ici.
MAC : Pour votre plus grand profit j'espère.
VIVAN : Où on en est avec les recherches ?
MARTIN : On a élargit le périmètre mais rien jusque là.
(Le téléphone de Vivian sonne)
VIVAIN : Johnson ?
MAC : Dites heu... j'ai su ce qui vous était arrivé. Six semaines et vous reprenez le travail, c'est plutôt impressionnant.
MARTIN : J'avais de bonnes infirmières.


BEN HARRISON : Il a promis de laisser tomber cette idée si je ne le disais à personne.
JACK : Oh, bah du moment qu'il l'a promis. Monsieur Harrisson c'était un appel au secours. Vous avez contacté sa mère ?
BEN HARRISON : Je croyais que c'était réglé.
JACK : On dirait qu'il avait raison, personne ne fait attention.


MARTIN : Vous parliez de moi ?
SAM : Salut.
MARTIN : Bonjour.
SAM : Donne-moi ça. (Elle le débarrasse de ce qu'il tient dans la main)
MARTIN : Ah, merci.
SAM : Ca alors, ça fait plaisir. (Elle le prend dans ses bras et remarque sa canne) Tu...
MARTIN : Ah, j'ai laissé mon haut-de-forme dans la voiture.


JACK : Agent spécial Malone.
LANCE CARSON : Hm. Très impressionnant.
JACK : Ah t'es un petit marrant toi. (Il pose des photos devant lui) Ca aussi c'est impressionnant, tu trouves pas ?
LANCE CARSON : C'est pris dans ma cave et alors ?
JACK : Bah alors tu devrais faire le grand ménage après avoir fini de torturer tes petits camarades de classe.


DANNY : Salut.
MARTIN : Salut.
DANNY : Tu vas bien ?
MARTIN : Ca peut aller.
DANNY : Bien heu, c'est pas facile comme retour.
MARTIN : Ouais, ça c'est vrai.
DANNY : Ecoute Martin... je m'en veux de ne pas être passé te voir ces temps-ci.
MARTIN : T'en fait pas pour ça, c'est pas grave. C'est vrai, j'étais, j'étais dans les choux de toute façon alors... ça fait rien.


JACK : Viens par là toi.
(Il pousse Danny contre une voiture)
DANNY : Arrête, qu'est ce que tu fais ?
JACK : T'es fou, qu'est ce que tu cherchais ? Qu'est ce qui t'as pris hein ? Quoi ? Tu te crois invincible c'est ça ?
DANNY : Ecoute il a commencé à me parler et j'ai saisi l'opportunité c'est tout.
JACK (criant) : Ferme la. On avait une chance de l'en dissuader alors que là il va passer le reste de sa vie en sachant qu'il a pressé ce bouton. Et toi aussi. Continue de te planter comme ça et tu seras bientôt qu'un gratte-papiers sans avenir. (Il bouscule Danny) Alors ne me cherche pas.


MARTIN : C'est plutôt dur pour Ryan.
JACK : On fera peut-être enfin attention à lui.
MARTIN : Ouais.
JACK : Comment vas-tu ?
MARTIN : Oh tu sais, j'ai frisé un peu le désespoir mais... ça fait du bien d'être revenu.
JACK : Je vais prendre un autre agent dans l'équipe.
MARTIN : A cause de moi ?
JACK : Non. On commence à être juste, y'a trop de travail, j'ai pensé que c'était nécessaire.
MARTIN : Ouais. Oui enfin, si c'est pour le travail.
JACK : J'ai préféré te l'annoncer. Alors ça va ?
MARTIN : Ouais, ouais je vais très bien.
JACK : Parfait.
Copyright © 2003-2018 fbi-fr.net - Le site de référence sur la série fbi portés disparus.