Le site de référence sur la série fbi portés disparus
Bienvenue sur www.fbi-fr.net nous sommes le mardi 02 mars bonne fête aux Charles le Bon.
5#19 LE POIDS DU PASSE
   
BRIAN : Qu'est ce qui se passe ?
SAM : Heu, je dois y aller alors... tu dois y aller.
BRIAN : Pas de café, pas de toasts ?
SAM : Tu sais quoi heu... excuse-moi.
BRIAN : Brian.
SAM : Brian, oui. Tu t'en vas.


TOM KING : La voisine nous a aussi donné le numéro du mari de votre soeur. Vous voulez l'appeler ?
SAM : Je ne l'ai jamais vu de ma vie... Bien sûr. C'est pas tout à fait les présentations que j'imaginais.


JACK : Salut.
SAM : Qu'est ce que tu fais là ?
JACK : D'habitude quand des gens parlent d'une histoire de famille, il s'agit généralement pour eux d'aller chercher un proche qui a été opéré de la vésicule à l'hôpital, pas de rechercher leur soeur qui...
SAM : Je me charge de cette affaire, d'accord !


JACK : Ecoute-moi Samantha, dans le domaine personnel je dois dire que tu fais constamment les plus mauvais choix.
SAM : Y compris avec la personne que j'ai en face de moi ?
JACK : Oui, sans aucun doute.


MARTIN : Je sais bien que notre métier c'est de fouiller dans la vie des autres mais comme c'est la soeur de Samantha je sais pas, c'est différent, j'ai l'impression d'être un voyeur.
VIVIAN : Et bien pour mémoire, si jamais quelqu'un m'envoie des décharges électriques, cherche tout ce que tu pourras trouver.
MARTIN : Tu peux y compter.


JACK : Ca va ?
SAM : Pas vraiment.
JACK : Tu ne savais pas que ta soeur avait eu un bébé ?
SAM : S'il a dit la vérité non, j'en savais rien. Emily s'est enfuie quand elle avait seize ans. Elle a pris quelques vêtements de rechange et 80 dollars dans le sac de maman et elle est partie. J'ai espéré qu'elle allait revenir à la maison et, près d'un an plus tard elle est revenue refusant de nous parler de ce qu'elle avait fait. C'était...
JACK : Elle ne t'en a jamais parlé ?
SAM : Non, elle ne m'a jamais rien dit.


(Jack est au téléphone avec Vivian)
VIVIAN : Où est-tu ?
JACK : Heu, devant la maison de Samantha. J'ai pensé qu'il valait mieux que je sorte pour les laisser parler tranquillement. Ses relations avec sa mère font passer celles que j'avais avec mon père pour la fête de l'Armistice.


SAM : Tu avais raison, Joe Henry avait quelque chose à voir avec ça mais c'était pas ce qu'on croyait.
JACK : Je déteste me vanter.
SAM : Oui, je t'ai toujours vu comme quelqu'un qui déteste avoir raison.


JACK : Viens par là. Pourquoi tu m'as menti ?
SAM : Je ne t'ai pas menti.
JACK : Tu t'es montrée très prudente. Tu n'as donné que les faits, sans complication apparente en travers de mon chemin. Tu m'as laissé échafauder mes petites théories. Répond juste à cette question : pourquoi Jeff ne pouvait-il pas être le père de ce bébé ?
SAM : Tu vas vraiment me demander de faire ça maintenant ? Après tout ma soeur a manqué de se faire tuer, j'ai envie d'être auprès d'elle si ça ne t'ennuie pas.
JACK : Tu vas répondre à cette question maintenant, et tu connais la réponse à la question. Il ne pouvait pas être le père du bébé parce qu'il était dans un foyer quand Randy a été conçu.
SAM : Je ne le savais pas.
JACK : Tu ne le savais pas ? Joe Henry est le père, et il est mort. Et il est enterré près d'ici.
SAM : Je ne sais pas, je vois pas du tout de quoi tu veux parler.
JACK : Ta soeur voulait que Jeff fasse un don de moelle osseuse parce qu'elle ne pouvait pas s'adresser au père. Tu sais pourquoi ? Parce qu'il est mort, et c'est elle qui l'a tué. Si tu ne me dis pas la vérité je vais commencer à distribuer des pelles et leur demander de creuser jusqu'à ce que j'arrive à prouver que ta soeur a bien tué.
SAM : Ca sera pas nécessaire. Je l'ai fait.
JACK : Tu sais c'est inutile de te sacrifier pour ta soeur.
SAM : Je l'ai tué.


JACK : Désolé pour ce petit tour de passe-passe.
SAM : Tu t'es débrouillé pour qu'il me soit impossible de dire la vérité sans te créer de problème.
JACK : Je sais.


SAM : Je voulais dire la vérité. Je commence à en avoir marre d'être coincée avec ça.
JACK : Mais tu ne l'es plus maintenant. Tu as dit la vérité. Tu me l'as dites.
SAM : Qu'est ce que je dois faire ? Essayer d'oublier ça ?
JACK : Non. Tu dois te pardonner à toi même. Si tu apprends à te pardonner alors si tu te plantes ce sera pour un truc que tu as fait là, pas pour un truc qui s'est passé y'a des dizaines d'années et que tu ne contrôlais pas.
SAM : C'est supposé être de la sagesse ?
JACK : Non, pas vraiment. Je ne suis pas encore prêt à te laisser partir.
SAM : Je suis fatiguée Jack.
JACK : Je sais bien chérie, prends quelques jours de repos.
SAM : D'accord.
Copyright © 2003-2021 fbi-fr.net - Le site de référence sur la série fbi portés disparus.